Programme africain de lutte contre l'onchocercose (APOC)

Déclaration de Yaoundé sur la lutte contre l’onchocercose en Afrique

La Déclaration de Yaoundé a été signée par les ministres africains de la santé en 2006. Elle exprime un engagement renouvelé à travailler à l'élimination de l'onchocercose dans tous les pays où la maladie constitue un problème de santé publique.


Nous ministres africains de la santé, participants au Sommet Spécial des Partenaires du Programme africain de lutte contre l’Onchocercose tenu à Yaoundé, Cameroun, du 26 au 27 septembre 2006, pour débattre du futur de la cécité des rivières (onchocercose) en Afrique:

- Considérant les ravages de l’onchocercose comme une cause majeure de pauvreté en Afrique ;

- Préoccupés du fait qu’en dépit des efforts consentis par le Programme africain de lutte contre l’Onchocercose (APOC), et de ceux déployés par le Programme de lutte contre l’Onchocercose en Afrique de l’Ouest (OCP), plus de 120 millions de personnes dans 19 pays sont toujours sous la menace de la cécité des rivières;

- Reconnaissant que l’un des obstacles à la réussite de la lutte contre l’onchocercose est l’impact négatif des conflits dans un certain nombre de pays APOC et des pays ex-OCP ;

- Reconnaissant que les migrations des populations et les troubles sociaux et politiques répétés dans la région africaine ont beaucoup favorisé l’augmentation du risque de transmission ou de résurgence de l’onchocercose;

- Soucieux de préserver les acquis de plus de 1,5 milliards de $US déjà investis par les donateurs, les pays et leurs partenaires au développement ;

- Ayant constaté l’efficacité des interventions de l’APOC ;

- Convaincus que l’intégration et l’exécution conjointe du Traitement à l’Ivermectine sous Directives Communautaires ( TIDC) avec d’autres interventions de santé offriront plusieurs avantages aux populations des zones éloignées;

- Conscients du besoin urgent d’un macrofilaricide afin d’accélérer l’élimination de l’onchocercose dans tous les pays ;

  • EXPRIMONS notre engagement à œuvrer ensemble en vue d’accélérer l’élimination dans tous les pays de la cécité des rivières (onchocercose) en tant que problème socio-économique et de santé publique;
  • Lançons un appel pour l’intensification des activités de lutte et de surveillance dans les pays sortant d’une situation de conflit et ceux ayant des poches de co-endémicité loase-onchocercose (ver de l’œil des tropiques « tropical eye worm ») ;
  • ENTERINONS les conclusions du Groupe de Travail sur l’avenir de l’APOC et ses recommandations relatives à la prorogation de la durée du Programme jusqu’à l’année 2015 et son extension aux pays ex-OCP ;
  • AFFIRMONS le leadership des pays et RECOMMANDONS la mise en place de programmes nationaux durables du TIDC dans tous les pays endémiques de la région ;
  • Exhortons les pays endémiques à prévoir des allocations budgétaires annuelles substantielles pour les activités de lutte contre l’onchocercose en vue d’atteindre les OMD et de lutter contre la pauvreté ;
  • Saluons l’engagement de longue date des donateurs et des ONGD en faveur de la lutte contre l’onchocercose ainsi que la promesse de Merck de continuer à fournir l’ivermectine (Mectizan®) aussi longtemps que nécessaire;
  • EXHORTONS les donateurs et les partenaires au développement à apporter le soutien nécessaire à la recherche de MACROFIL et à la surveillance de l’onchocercose;
  • RECOMMANDONS vivement que l’APOC fournisse un ensemble de preuves scientifiques pour déterminer les étapes, la période et les zones où le traitement à l’ivermectine peut être arrêté, en étroite concertation avec les pays ;
  • INVITONS tous ceux qui partagent notre engagement à souscrire à la présente déclaration.

Fait à Yaoundé, ce vingt-septième jour de Septembre de l'année deux mille six.