Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

La grippe au XXIe siècle: appel à contribution

Tim Nguyen a, Adrienne Rashford a & Charles R Penn a

a. Programme mondial de lutte contre la grippe, Organisation mondiale de la Santé, 20 avenue Appia, 1211 Genève 27, Suisse.

Correspondance à adresser à Charles Penn: pennc@who.int

Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé 2011;89:318-318. doi: 10.2471/BLT.11.088476

La grippe, sous ses formes zoonosique, saisonnière épidémique et pandémique continue de représenter une menace importante pour la santé publique dans le monde. La circulation et le réassortiment permanents des virus grippaux dans la nature représentent une menace toujours présente pour la santé publique tant pour l’homme que pour l’animal. Le virus de la grippe aviaire H5N1 hautement pathogène a prélevé un lourd tribut sur l’élevage de volailles et les économies nationales des pays touchés depuis qu’il est apparu en 1997, puis lorsqu’il s’est propagé géographiquement.

Bien que les infections humaines par ce virus aviaire soient rares, elles sont graves et mortelles dans 60% des cas documentés.1 L’inquiétude provoquée par le potentiel pandémique du H5N1 a amené un regain d’intérêt pour la planification et la riposte en cas de pandémie partout dans le monde. Ce virus continue de représenter une menace de pandémie potentielle.

L’infection grippale chez l’homme peut aller de l’infection asymptomatique et de la maladie aiguë des voies respiratoires supérieures régressant spontanément à une forme pathologique grave et compliquée pouvant contribuer à exacerber d’autres affections sous-jacentes et à la pneumonie virale sévère. Les très jeunes, les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes médicaux chroniques sont généralement exposés au risque le plus élevé de mortalité et de complications graves dues à la grippe saisonnière annuelle.2 Les épidémies de grippe saisonnière peuvent toucher jusqu’à 15% de la population et font jusqu’à 500 000 morts chaque année dans le monde.

Les pandémies de grippe peuvent avoir des répercussions plus importantes encore dans une population plus large, y compris dans les tranches d’âge plus jeunes, en raison du manque d’immunité de la population face à une souche nouvelle.3,4 La grippe est toutefois une maladie qui peut être traitée et évitée par la vaccination. Il est encore possible d’améliorer tant les vaccins que les traitements et de garantir un accès plus large, équitable et un coût abordable à ces interventions, de sorte que la morbidité et la mortalité dues à la grippe saisonnière, zoonosique et pandémique peuvent être réduites.

Dans de nombreux pays manquant de ressources, l’ampleur et la portée de la charge de morbidité grippale sont mal appréciées. Les mesures de prévention et de lutte se voient accorder un faible rang de priorité en raison des autres priorités de la santé publique.5 En outre, la pandémie de grippe de 2009 a fait planer un doute et donné lieu à une controverse quant aux conséquences de la grippe sur la santé publique. La grave pandémie historique de 1918 et le taux de létalité très élevé des infections humaines par le virus aviaire H5N1 contrastent avec les pandémies plus bénignes de 1968 et 2009.

La riposte mondiale à la pandémie 2009 a fourni une importante quantité de données d’expérience et de données factuelles nouvelles concernant l’action de santé publique face à la grippe, son traitement et sa prévention. L’Assemblée mondiale de la Santé a (par l’intermédiaire du Comité d’examen du Règlement sanitaire international) examiné la riposte mondiale à la pandémie,6 comme l’ont fait certains gouvernements nationaux.7

À une réunion des États Membres et des bureaux régionaux de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en octobre 2010,8 les participants ont débattu de la nécessité de publier des évaluations des mesures mises en œuvre pendant la pandémie 2009.

Ils ont demandé à l’OMS de soutenir la publication d’expériences reposant sur des données factuelles, en particulier compte tenu de la révision proposée des recommandations pour la préparation et l’action en cas de pandémie, tout en mettant à profit simultanément l’intérêt mondial pour la pandémie pour renforcer les moyens mis en œuvre face aux menaces de grippe saisonnière et zoonosique.

Dans cette optique et pour recueillir toute une gamme d’expériences concernant la grippe, le Bulletin de l'OMS prévoit de publier un numéro thématique spécial sur la Grippe au XXIe siècle. Ce numéro traitera de l’importance de la grippe en santé publique, et reviendra notamment sur les enseignements et les expériences de ces dernières années, ainsi que sur un calendrier d’action et de recherche futures.

L’un des principaux objets de ce numéro thématique sera de renforcer le débat sur la politique de santé publique et ses résultats afin de compléter les rapports scientifiques plus détaillés publiés dans de nombreuses revues scientifiques et médicales et d’apporter une base de connaissances plus solide pour la prise de décisions politiques et de planification.

Nous serions heureux de recevoir des articles se rapportant à toutes les rubriques du Bulletin de l'OMS et encourageons les auteurs à envisager des contributions portant sur les sujets suivants: évaluation de la charge de morbidité dans les pays à faible revenu, car l’on manque d’informations dans ce domaine; mise en œuvre de la vaccination et politique vaccinale, en particulier s’agissant des coûts et avantages pour la santé publique des programmes de vaccination; et évaluation des mesures de santé publique non pharmaceutiques car elles sont généralement décrites comme des mesures de lutte, mais l’on dispose de peu d’articles publiés quant à leur efficacité par rapport aux interventions pharmaceutiques (vaccins et médicaments).

En particulier, nous aimerions recevoir des articles attestant d’expériences dans des milieux pauvres en ressources. La date limite pour l’envoi des articles est le 20 octobre 2011. Les manuscrits devront respecter les lignes directrices à l’intention des auteurs et se référer à cet appel dans leur lettre d'accompagnement. Toutes les communications seront soumises à un examen collégial dans le cadre du Bulletin de l'OMS. Envoyer vos articles à l'adresse suivante: http://submit.bwho.org.


Références