Préparation et riposte aux situations d'urgence

État de la riposte à la flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest


28 mars 2016

Depuis juillet 2014, des progrès sans précédents ont été réalisés par l’OMS pour mettre en place des systèmes et outils permettant une riposte rapide.

Grâce à la diligence et au dévouement de dizaines de milliers d’intervenants, de scientifiques, de chercheurs, de développeurs, de volontaires et de fabricants, nous disposons maintenant de plusieurs outils diagnostiques, d’un vaccin, d’un registre d’équipes médicales étrangères et de milliers d’intervenants formés qui peuvent rapidement se déployer en cas d’épidémies.

Tour d'horizon des actions engagées

Action de l'OMS

L’OMS et ses partenaires en sont désormais à la phase 3 de la riposte, d’août 2015 à la mi-2016. Le but primordial est d’interrompre toutes les chaînes de transmission du virus et d’intervenir en cas de conséquences liées aux risques résiduels. Pour ce faire, plusieurs objectifs ont été décrits et nous travaillons pour renforcer l’identification rapide de tous les cas et les contacts, entre autres en améliorant l’engagement et le soutien de ceux qui ont survécu à la maladie.

Sur le terrain

L'OMS continue de déployer des experts techniques dans les 3 pays les plus touchés et de participer non seulement aux activités de riposte mais aussi aux efforts pour un rétablissement rapide et pour le soutien aux survivants.

L’OMS et le Réseau mondial d'alerte et d’action ont déployé sur le terrain près de 4000 experts techniques, y compris des équipes de vaccination contre Ebola, dans plus de 70 sites répartis dans les trois pays les plus touchés. Il y a actuellement plus de 1180 personnes sur le terrain pour soutenir les efforts de riposte et de rétablissement.

Depuis le début de l’épidémie d’Ebola, 45 laboratoires ont été mis en place; l’OMS et le Réseau de laboratoires travaillant sur les agents pathogènes émergents et dangereux en soutiennent 29 et nous fournissons 16 laboratoires supplémentaires à travers des accords bilatéraux. Tous ces laboratoires ont testé plus de 200 000 échantillons de patients.

Aide aux survivants

On compte plus de 10 000 personnes ayant survécu à la maladie à virus Ebola. On a signalé chez elles un certain nombre de problèmes médicaux, y compris concernant la santé mentale.

Matériels et fournitures

L’OMS continue de soutenir les systèmes de santé dans les pays touchés, en particulier dans les efforts pour un rétablissement précoce et pour la reconstruction.

L’OMS a distribué plus de 1,48 million de kits d’équipement de protection individuelle dans le cadre de la riposte à Ebola.

L’OMS a participé activement à la construction de 70 centres de traitement Ebola et de plus de 800 centres de soins communautaires, auxquels elle a fourni 730 lits d’hôpital.

Les logisticiens ont fourni plus de 42 000 housses mortuaires pour des inhumations sûres et respectueuses de la dignité. L’OMS a géré un parc de plus de 600 véhicules pour les activités de surveillance et les interventions, ainsi que pour renforcer les ressources de transport lors des épidémies.

L’OMS gère la fourniture au niveau mondial d’équipements de protection individuelle pour pouvoir les déployer rapidement dans n’importe quel pays du monde. Chacun des 138 pays a reçu 500 kits d’équipement de protection individuelle. Des stocks supplémentaires d’équipements de protection individuelle ont été placés dans des entrepôts à Accra (Ghana, 30 000 kits) et à Dubaï (50 000 kits).

Détection de la maladie et surveillance

La surveillance et le suivi restent une composante critique pour s’assurer que tous les cas et les décès liés à Ebola sont notifiés et suivis.

Nous avons réduit l’incidence des cas d’Ebola de plus de 950 cas par semaine en septembre 2014 à 5 cas ou moins par semaine en juillet 2015.

Le délai moyen entre l’identification des cas d’Ebola et l’hospitalisation dans les trois pays a été réduit de 4 jours en août 2014 à moins de 2 jours pour le Libéria et la Sierra Leone et 2,5 jours pour la Guinée en avril 2015.

Formation

L’OMS et ses partenaires ont proposé de multiples modules de formation, y compris sur la prévention et la lutte contre l’infection, la prise en charge clinique, les systèmes de santé environnementale et la gestion des déchets liés aux soins de santé et l’assainissement.

Avec ses partenaires, l’OMS a contribué à la formation de plus de 8600 intervenants dans la lutte contre Ebola, issus du secteur médical, technique ou de la santé publique, avec des programmes de prédéploiement.

Plus de 4500 agents de santé ont reçu une formation à la prise en charge clinique dans les pays touchés.

L’OMS a produit 50 documents d’orientation techniques sur la prise en charge des cas, la prévention et la lutte contre l’infection, la surveilllance, les inhumations sûres et respectueuses de la dignité, et la participation communautaire.

Préparation aux épidémies

Nous aidons plus de 150 pays dans le monde afin qu’ils soient prêts à riposter à une épidémie d’Ebola ou à toute autre urgence de santé publique.

L’OMS apporte un soutien spécial sur le terrain à 15 pays prioritaires en Afrique pour renforcer les systèmes de riposte aux urgences.

Plus de 79% des pays prioritaires ont effectué au moins 50% des tâches de préparation répertoriées dans la liste de contrôle pour se préparer à faire face à Ebola. Ils n’étaient que 7% en décembre 2014.

Recherche et développement

Nous disposons désormais d’outils et de services diagnostiques qui permettent d’obtenir des résultats en quelques heures au lieu de quelques jours.

En juillet 2015, les résultats d’une analyse intermédiaire de l’étude d’efficacité du vaccin anti-Ebola de phase III menée en Guinée ont montré que le VSV-EBOV (Merck, Sharp & Dohme) est très efficace contre le virus Ebola.

Nous disposons d’un registre mondial des équipes médicales étrangères qui continue de croître et qui sert maintenant à la riposte à Ebola et à d’autres urgences.

Nous disposons de milliers d’experts issus de 120 pays formés à la prise en charge clinique et à la prévention et à la lutte contre l’infection, et plus encore.

Contributions des donateurs

L’appui des donateurs a joué un rôle crucial dans l’intensification rapide et l’évolution de la riposte au virus Ebola. De mars 2014 au 31 décembre 2015, l’OMS a reçu de la part de plus d’une soixantaine de donateurs plus de 450 millions de dollars (US $) en contributions directes ou en nature. Cette aide généreuse lui a permis, en collaboration avec les gouvernements et les ministères de la santé des pays affectés et en coopération avec les partenaires internationaux, de mettre en œuvre un grand nombre d’activités et d’interventions pour mettre un terme à la transmission du virus Ebola en Afrique de l’Ouest.

Chaque aspect de la riposte, qu’il s’agisse de la recherche des contacts de cas de maladie à virus Ebola ou de la conception et de l’exécution d’essais cliniques pour tester des vaccins anti-Ebola, en passant par la coordination des évacuations médicales des intervenants internationaux, n’a été possible qu’avec la générosité de nos donateurs.