Préparation et riposte aux situations d'urgence

Poliovirus circulant de type 2 dérivé d’une souche vaccinale

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
6 juin 2019

Le 23 mai 2019, l’OMS a reçu par l’intermédiaire du Réseau mondial de laboratoires pour la poliomyélite (RMLP) une notification concernant la détection de poliovirus circulant de type 2 dérivé d’une souche vaccinale (PCDVc2) dans un échantillon prélevé dans l’environnement le 20 avril 2019, dans un hôpital situé dans le nord du Cameroun, à la frontière de l’État de Borno (Nigéria) et du Tchad. Dans cette région, la couverture vaccinale en 2018 par le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI1) et par le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO3) était de 73 % et de 72 %, respectivement. Le virus a été détecté uniquement dans un échantillon prélevé dans l’environnement – aucun cas de paralysie associé n’a été détecté à ce jour.

Le séquençage génétique confirme que l’isolat est associé à la flambée en cours au Nigéria voisin, due au PVDVc2, qui a débuté dans l’État de Jigawa et qui s’est étendue à d’autres régions du Nigéria et à la République du Niger en 2018.

Action de santé publique

Le Ministère de la santé et les autorités sanitaires locales ont participé à la riposte à la flambée due au PVDVc2 au Nigéria et dans le bassin du lac Tchad (Cameroun, Niger, Nigéria et Tchad) en fournissant des doses de vaccin antipoliomyélitique oral monovalent de type 2 (VPOm2). Une enquête approfondie sur l’incident est en cours, avec le soutien de partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP). Cette enquête vise à estimer l’ampleur de la circulation de cette souche, à repérer des lacunes de l’immunité au niveau infranational et à soutenir les efforts entrepris pour améliorer la sensibilité de la surveillance au niveau local.

Évaluation du risque par l’OMS

Cet événement montre clairement qu’il existe un risque de reprise de la propagation internationale du PVDVc2 à partir du Nigéria et du reste du bassin du lac Tchad compte tenu de l’ampleur des mouvements de population et des lacunes de l’immunité et de la surveillance dans cette région. La détection de cette souche de PVDVc2 souligne qu’il faut absolument maintenir des niveaux élevés de couverture par la vaccination systématique contre la poliomyélite à tous les niveaux pour atténuer autant que possible le risque et les conséquences d’une circulation éventuelle de poliovirus.

L’OMS continuera à soutenir les autorités nationales dans le cadre des enquêtes et de l’évaluation des risques en cours.

Conseils de l’OMS

Il est important que tous les pays, en particulier ceux signalant des voyages fréquents à destination des pays et territoires affectés par la poliomyélite, renforcent la surveillance des cas de paralysie flasque aiguë (PFA) afin de détecter rapidement les cas importés et d’intervenir sans délai. Tous les pays doivent maintenir un haut niveau de couverture par la vaccination systématique dans les districts pour réduire le plus possible les conséquences de toute nouvelle introduction du virus.

Dans sa publication Voyages internationaux et santé l’OMS recommande que tous les voyageurs à destination de zones affectées par la poliomyélite soient complètement vaccinés contre cette maladie. Les résidents (et les visiteurs séjournant plus de 4 semaines) en provenance de zones infectées doivent recevoir une dose supplémentaire de VPO ou de VPI dans les 4 semaines à 12 mois précédant leur voyage.

Suivant l’avis du Comité d’urgence réuni au titre du Règlement sanitaire international (2005), les efforts pour limiter la propagation internationale des poliovirus s’inscrivent toujours dans le cadre d’une urgence de santé publique de portée internationale. Les pays affectés par la transmission de poliovirus sont soumis à l’application des recommandations temporaires établies dans le cadre de l’urgence de santé publique de portée internationale, qui disposent que toute flambée due au poliovirus doit être déclarée comme urgence de santé publique de portée nationale et que tous les voyageurs internationaux doivent être vaccinés. En outre, les pays qui risquent d’exporter le poliovirus doivent veiller à ce que tous les voyageurs internationaux soient vaccinés avant leur départ.