Préparation et riposte aux situations d'urgence

Choléra – République-Unie de Tanzanie

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
11 septembre 2015

Le Ministère de la santé et des affaires sociales de Tanzanie a notifié à l’OMS des flambées de choléra dans le pays. Le district de Rorya, dans la région tanzanienne de Mara, a été la première zone à signaler un foyer. Fin juillet 2015, la région de Kigoma était elle aussi touchée, bien qu’aucun nouveau cas n’ait été enregistré dans cette zone pendant plus de trois semaines. Le 25 août, de nouveaux foyers ont été repérés à Dar-es-Salaam, à Pwani (sur la côte), à Iringa et à Morogoro.

La flambée dans la région de Dar-es-Salaam a commencé le 15 août, tandis que celle dans la région de Morogoro a débuté le 18. Au 6 septembre, le nombre cumulé de cas de choléra (suspects et confirmés) atteignait 971 avec 13 décès. Les tests de laboratoire ont confirmé la présence de Vibrio cholerae O1 Ogawa dans les zones affectées.

Action de la santé publique

Une évaluation rapide a été menée pour déterminer les lacunes et les besoins urgents. Les autorités régionales, le Ministère de la santé et des affaires sociales, l’OMS et les partenaires tiennent des réunions deux fois par semaine pour coordonner les efforts de riposte. Un groupe spécial national a été activé pour endiguer l’épidémie.

Avec l’appui de l’OMS et des partenaires, cinq centres de traitement ont été mis en place à Dar-es-Salaam et à Morogoro pour prendre en charge les cas. Le Ministère de la santé et des affaires sociales a déployé des experts techniques pour apporter une assistance aux activités de surveillance, comprenant la recherche des cas, la surveillance de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, la gestion des laboratoires et les interventions de mobilisation sociale.

Évaluation du risque par l’OMS

Sur la base des informations actuellement disponibles, l’OMS ne recommande pas d’imposer des restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux avec la Tanzanie.

Informations générales

Le choléra est une maladie diarrhéique due à Vibrio cholerae. Les flambées sont récurrentes dans de nombreux pays africains et sont liées aux mauvaises conditions d’hygiène et d’assainissement, ainsi qu’à une préparation et à des capacités insuffisantes. La Tanzanie a connu des flambées de choléra dans le passé, la région de Kigoma étant la plus affectée. Cette année, ce pays a élaboré un plan de lutte contre le choléra et de prévention sur le long terme.

Le choléra est une maladie prévisible et évitable que l’on peut finir par éliminer en garantissant durablement à l’ensemble de la population l’accès à de l’eau potable, à des installations d’assainissement et à des conditions d’hygiène satisfaisantes.

Pour être efficaces, les interventions de lutte contre le choléra et de prévention dépendent en premier lieu de la mise en œuvre d’approches pluridisciplinaires et complètes, englobant des activités dépassant le ressort du seul secteur de la santé et couvrant plusieurs éléments, dont les conditions de vie dans l’environnement, l’accès au traitement et à la prise en charge des cas, la vaccination au moyen de vaccins anticholériques oraux, la mobilisation sociale des communautés et la surveillance épidémiologique.