Préparation et riposte aux situations d'urgence

Fièvre de Lassa – Bénin

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
13 juin 2016

Le 25 janvier 2016, le point focal national RSI pour le Bénin a notifié à l’OMS une flambée de fièvre de Lassa (cf. Bulletin publié le 19 février).

Le 23 mai 2016, le Ministère béninois de la santé a déclaré la fin de cette flambée. Cette annonce a été faite 42 jours après la détection du dernier cas de fièvre de Lassa dans ce pays (10 avril 2016).

Au total 54 cas suspects, avec 28 décès, ont été notifiés dans huit régions : Borgou (31 cas, 16 décès), Donga (7 cas, 5 décès), Collines (6 cas, 3 décès), Alibori (3 cas, 1 décès), Plateau (3 cas, 2 décès), Ouémé (2 cas, 1 décès), Atlantique (1 cas) et Littoral (1 cas). Sur ces 54 cas suspects, 16 ont été confirmés dans 3 régions: Borgou (13 cas), Donga (2 cas) et Ouémé (1 cas).

Cinq des 54 cas suspects sont des agents de santé dans la région de Borgou. La fièvre de Lassa a été confirmée pour 3 d’entre eux et, sur les cinq, deux sont décédés.

Au cours de la flambée, 5 laboratoires ont apporté un appui technique pour la confirmation des cas de fièvre de Lassa par PCR (amplification génique):

  • Lassa Fever Research and Control Centre, Irrua Specialist Teaching Hospital, Irrua, État d’Edo (Nigéria);
  • Virology laboratory, Lagos University Teaching Hospital, Lagos (Nigéria);
  • Laboratoire de l’Institut de médecine tropicale, Hambourg (Allemagne);
  • Noguchi laboratory (Centre collaborateur de l’OMS) (Ghana);
  • Institut Pasteur de Lyon (France).

Action de la santé publique

Avec l’appui de l’OMS et des partenaires, le Ministère béninois de la santé a coordonné la gestion de la flambée. Des mesures de lutte ont été mises en œuvre, avec des investigations sur le terrain, le renforcement de la surveillance, la prise en charge des cas, la prévention de l’infection et la lutte, la recherche et le suivi des contacts et la mobilisation sociale.

L’OMS a déployé une équipe pluridisciplinaire dans les zones touchées pour soutenir la riposte.

Depuis le début de la flambée, au total 739 contacts ont été identifiés et suivis. Pour l’instant, l’infection par la fièvre de Lassa a été confirmée en laboratoire pour un contact suivi.

Évaluation du risque par l’OMS

Le rapport actuel confirme qu’actuellement, il n’y a pas de chaînes de transmission connues de la fièvre de Lassa au Bénin. Bien que cette maladie soit endémique au Nigéria voisin et dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, c’est seulement la deuxième fois que des cas sont signalés au Bénin (la première flambée a eu lieu en novembre 2014).

Cette dernière flambée s’est caractérisée par un grand nombre de décès parmi les cas confirmés. Il est donc d’une importance primordiale d’enquêter sur les facteurs ayant contribué à ce taux de mortalité plus élevé que ce qu’on pouvait escompter. En outre, pour réduire la probabilité de résurgences, il est vivement conseillé aux pays d’Afrique de l’Ouest où la fièvre de Lassa est endémique de renforcer les systèmes de surveillance qui s’y rapportent.

Conseils de l’OMS

Sur la base des informations disponibles, l’OMS ne recommande pas d’appliquer au Bénin des restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux.