Préparation et riposte aux situations d'urgence

Fièvre de la vallée du Rift – République du Soudan

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
14 novembre 2019

Le 10 octobre 2019, le point focal national RSI pour le Soudan a signalé à l’OMS quarante-sept cas présumés de fièvre de la vallée du Rift (FVR), dont deux décès, dans la zone d’Arb’aat, village de Towashan, localité d’El Qaneb, dans l’État de la Mer rouge. Les cas présumés présentaient les symptômes suivants : fièvre élevée, maux de têtes, douleurs articulaires et vomissements. Aucun signe ou symptôme d’atteinte hémorragique n’a été observé. Le premier cas a été hospitalisé le 19 septembre 2019.

Le 28 septembre 2019, 14 échantillons au total ont été envoyés au Laboratoire de santé publique national à Khartoum, et cinq ont donné des résultats positifs pour la FVR par titrage immuno-enzymatique (ELISA) des immunoglobulines M (IgM) et amplification en chaîne par polymérase après transcription inverse (RT-PCR). Ces échantillons ont aussi fait l’objet de tests de dépistage du paludisme qui ont été négatifs.

Le 13 octobre 2019, un total de 10 cas présumés de FVR ont été signalés dans les localités de Barbar et d’Abu Hamed, dans l’État du Nil. Sur les dix cas présumés de FVR, cinq échantillons ont fait l’objet de tests et pour quatre d’entre eux, les résultats ont été positifs pour la FVR. Entre le 19 septembre 2019 et le 11 novembre 2019, un total de 293 cas présumés de FVR chez l’homme, parmi lesquels 11 décès associés, ont été signalés dans les six États suivants : Mer rouge (120) ; Nil (168), Kassala (2), Nil blanc (1), Khartoum (1), et Al Qadarif (1). La tranche d’âge la plus touchée est celle des 15-45 ans, qui représente 83 % du total des cas présumés. Le rapport hommes/femmes est de 2,6, un grand pourcentage des cas étant des agriculteurs (37,5 %).

Ces cas humains de FVR surviennent de façon concomitante à des avortements et des décès chez les caprins là où les cas présumés et confirmés chez l’homme ont été signalés. Entre le 25 septembre et le 3 novembre 2019, 21 caprins (parmi lesquels 4 sont morts) ont été signalés positifs pour la FVR dans l’État de la Mer rouge ; dans l’État du Nil, 16 caprins (parmi lesquels 3 sont morts) et 37 ovins, (parmi lesquels 5 sont morts) ont été confirmés positifs pour la FVR par le test ELISA par le Laboratoire central de recherche vétérinaire de Khartoum.

Action de santé publique

État de la Mer rouge

  • Activation du Comité spécial pour la fièvre de la vallée du Rift ;
  • Impression et distribution des lignes directrices concernant la FVR ;
  • Mise en place d’équipes de surveillance chargées de la notification quotidienne et de la recherche active des cas dans les zones touchées ;
  • Mise en place de deux centres de santé et d’un dispensaire avec une capacité de 11 lits, des articles de laboratoire, des médicaments et des fournitures pour dispenser des services de santé dans les villages touchés ;
  • Inspections dans les foyers et nébulisation : dans la zone d’Arb’aat, un total de 452 foyers ont été inspectés, et la présence d’un vecteur compétent a été décelée dans 30 d’entre eux ; à Port Soudan, sur les 1225 foyers inspectés, le vecteur a été détecté dans 29 d’entre eux, et des nébulisations ont été effectuées dans 1949 foyers ;
  • Le Département d’épidémiologie vétérinaire du Ministère des ressources animales a mené une lutte antivectorielle dans quatre enclos à bétail des villages touchés.

État du Nil

  • Une investigation conjointe a été menée par le Ministère de la santé de l’État et l’OMS le 12 octobre 2019 ;
  • Lancement d’un plan d’action contre la FVR par le Ministère de la santé de l’État et l’OMS ;
  • Lancement des activités de gestion vectorielle intégrée, de surveillance, de prise en charge des cas et des équipes d’intervention rapide.

Évaluation du risque par l’OMS

La fièvre de la vallée du Rift est endémique au Soudan. Trois flambées chez l’homme ont été observées auparavant, en 1973, 1976 et 2008. Au cours de la flambée de 2008, un total de 747 cas confirmés en laboratoire ont été notifiés, dont 230 cas mortels.

À la suite des fortes pluies du 13 août 2019, des inondations soudaines ont frappé 17 des 18 États, dont la zone d’Abyei dans l’État du Kordofan du Nord. Ces inondations ont favorisé la prolifération des vecteurs, leur propagation et leur persistance. La flambée actuelle de FVR a débuté le 19 septembre 2019 et a touché six États en proie aux inondations.

Les déplacements incontrôlés de populations animales au sein du pays et au-delà des frontières peuvent contribuer à la propagation de la maladie vers de nouvelles zones.

La FVR peut entraîner des pertes économiques importantes du fait des restrictions au commerce et aux déplacements de bétail, ainsi que des taux de mortalité et d’avortement élevés parmi les animaux infectés.

Dans un pays où l’exportation de bétail est l’une des principales sources de revenu, la flambée actuelle de FVR, qui survient dans un contexte de troubles politiques et de système de santé affaibli, requiert d’urgence une aide extérieure.

Conseils de l’OMS

La fièvre de la vallée du Rift (FVR) est une zoonose virale transmise par le moustique qui touche principalement les animaux mais peut aussi infecter l’homme. Dans la majorité des cas, l’infection chez l’homme résulte d’un contact direct ou indirect avec du sang ou des organes d’animaux contaminés. Les éleveurs, les agriculteurs, les employés des abattoirs et les vétérinaires sont donc plus exposés au risque d’infection.

La sensibilisation aux facteurs de risque de l’infection par le virus de la FVR et aux mesures de prévention contre les piqûres de moustiques est le seul moyen de réduire l’infection chez l’homme et les décès. Les messages de santé publique relatifs à la réduction des risques doivent être axés sur les points suivants :

  • Diminution du risque de transmission de l’animal à l’homme résultant de pratiques dangereuses d’élevage et d’abattage.
  • Respect des règles d’hygiène des mains et port de gants ou d’autres équipements de protection adaptés lors de la manipulation d’animaux malades ou de leurs tissus ainsi que durant l’abattage.
  • Diminution du risque de transmission de l’animal à l’homme résultant de la consommation à risque de tissus animaux ou de lait crus ou non pasteurisés. Dans les régions d’endémie, tous les produits animaux doivent être soigneusement cuits avant d’être consommés.
  • Réduction du risque de piqûres de moustiques par la mise en œuvre de mesures de lutte antivectorielle (pulvérisation d’insecticides et utilisation de larvicides pour réduire les sites de ponte), utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide et de produits répulsifs, port de vêtements de couleur claire (chemises à manches longues et pantalons).
  • Restriction ou interdiction des déplacements de bétail pour ralentir la propagation du virus des zones infectées aux zones indemnes.
  • La vaccination systématique des animaux est recommandée pour prévenir les flambées de FVR. Les campagnes de vaccination ne sont toutefois pas recommandées au cours d’une flambée car la transmission peut être intensifiée au sein du troupeau si les aiguilles sont réemployées et contribuent à propager le virus.
  • Étant donné que les flambées animales de FVR précèdent les infections humaines, la mise en place d’un système de surveillance active de la santé animale pour détecter les nouveaux cas est essentielle pour alerter rapidement les autorités des services vétérinaires et de la santé publique.

Sur la base des informations dont on dispose actuellement sur cet événement, l’OMS ne recommande aucune restriction aux voyages à destination du pays touché ni au commerce avec celui-ci.

Pour de plus amples informations sur la fièvre de la Vallée du Rift, veuillez consulter les liens ci-dessous :