Préparation et riposte aux situations d'urgence

Syndrome respiratoire aigu – République de Corée

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
16 novembre 2015

Le 29 octobre 2015, le point focal national RSI pour la République de Corée a notifié à l’OMS un groupe de cas à Séoul présentant des symptômes respiratoires.

Informations complémentaires sur la flambée

Du 19 au 29 octobre, 3 personnes travaillant dans le même établissement ont présenté des symptômes de pneumonie. Ils ont été hospitalisés entre le 22 et le 24 octobre. Le 27, l’hôpital a isolé les patients et alerté les autorités sanitaires locales qui, à leur tour, ont informé les Centres coréens de lutte contre les maladies (KCDC: Korean Centers for Disease Control and Prevention).

Jusqu’à présent, 84 cas présentant des symptômes respiratoires ont été identifiés ; le diagnostic de pneumonie a été posé pour 55 d’entre eux et 29 cas ont eu des symptômes bénins. Les 55 patients souffrant de pneumonie ont été isolés dans 7 hôpitaux et les 29 patients aux symptômes bénins ont été placés en quarantaine à leur domicile.

Au 11 novembre, seul un des 55 patients ayant une pneumonie était encore hospitalisé ; les 54 autres cas étaient tous sortis. Actuellement, aucun patient n’est dans un état critique.

Action de la santé publique

En réponse à la flambée, les KCDC et le Gouvernement de la République de Corée ont pris une série de mesures de santé publique:

  • communiqués de presse quotidiens destinés au grand public;
  • recherche des contacts – 1664 ont eu un suivi quotidien;
  • mise en place d’une permanence téléphonique pour signaler les cas ayant un lien potentiel;
  • demande aux hôpitaux de signaler les cas de pneumonie ayant un lien potentiel avec le groupe de cas;
  • fermeture et désinfection de l’établissement touché.

Jusqu’à présent, tous les tests par PCR effectués par les KCDC ont été négatifs pour les virus suivants, adénovirus, virus respiratoire syncytial, virus paragrippal, virus métapneumovirus, virus Boca, virus grippal et coronavirus (y compris le MERS-CoV), et les bactéries suivantes, mycoplasmes, Chlamydia, Corynébactéries, Bordatella, Brucella, Coxiella et Legionella.

Rien n’indique pour l’instant qu’il y ait une transmission interhumaine. L’enquête sur les causes de cette flambée est en cours.