Préparation et riposte aux situations d'urgence

Fièvre de Lassa – Bénin

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
19 février 2016

Le 25 janvier 2016, le point focal national RSI pour le Bénin a notifié à l’OMS une flambée de fièvre de Lassa.

Cette flambée a été initialement détectée le 21 janvier à la suite de rapports faisant état d’une fièvre inexpliquée chez un groupe d’agents de santé du district de Tchaourou, dans le département de Borgou. Le 3 janvier, ces agents de santé ont dispensé des soins à un patient souffrant d’une fièvre hémorragique.

Du 21 janvier au 16 février, 71 cas (6 cas confirmés, 10 cas probables et 55 cas suspects) ont été signalés dans sept départements, à savoir Borgou (52), Collines (13), Ouémé (2), Alibori (1), Atlantique (1), Kouffo (1) et Littoral (1). Au cours de la même période, on a enregistré 23 décès au total dans les départements de Borgou (16), Collines (4), Atlantique (1), Ouémé (1) et Plateau (1). Sept des cas notifiés (3 cas confirmés, 1 cas probable et 3 cas suspects), dont 2 mortels (1 cas confirmé et 1 cas probable) ont concerné des agents de santé.

À ce jour, 6 cas, dont 2 mortels, ont été confirmés en laboratoire par PCR après transcription inverse à l’Unité de Virologie du Central Research Laboratory, au Lagos University Teaching Hospital de Lagos (Nigéria).

Action de santé publique

Avec l’appui de l’OMS et des partenaires, le Ministère de la santé du Bénin coordonne la gestion de cette flambée. Des mesures de lutte sont prises: enquête sur le terrain, renforcement de la surveillance, prise en charge des cas, lutte contre l’infection et prévention, recherche et suivi des contacts, et mobilisation sociale.

En appui à la riposte, l’OMS a déployé une équipe pluridisciplinaire dans les régions touchées. Le Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique (OMS/AFRO) a envoyé deux experts et a apporté une aide financière au pays.

Depuis le début de la flambée, au total 318 contacts ont été identifiés et 292 sont actuellement suivis.

Évaluation du risque par l’OMS

La fièvre de Lassa est endémique au Nigéria, pays limitrophe, et dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. On observe des flambées de cette maladie presque chaque année dans différentes régions, avec des pics annuels survenant entre décembre et février. Bien qu’il ne s’agisse que de la deuxième flambée de fièvre de Lassa notifiée au Bénin, celle-ci survient en suivant un schéma saisonnier connu.

Selon les informations disponibles, ses caractéristiques sont semblables à celles d’autres flambées décrites ailleurs; néanmoins, en tenant compte des recrudescences saisonnières à cette époque de l’année, il est conseillé aux pays d’Afrique de l’Ouest où la fièvre de Lassa est endémique de renforcer leurs systèmes de surveillance pour cette maladie.

Sur la base des informations disponibles, l’OMS ne recommande pas d’imposer de restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux avec le Bénin.

Informations générales

La fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique virale aiguë ayant une période d’incubation de 1 à 4 semaines et elle est endémique en Afrique de l’Ouest. Le virus de Lassa se transmet à l’être humain par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par des urines ou des matières fécales de rongeurs. On peut aussi observer une transmission interhumaine et en laboratoire, en particulier dans les hôpitaux n’appliquant pas des mesures suffisantes de lutte anti-infectieuse. La maladie est endémique dans les populations de rongeurs de certaines régions d’Afrique de l’Ouest.

On sait qu’elle est endémique au Bénin (où elle a été diagnostiquée pour la première fois en novembre 2014), en Guinée, au Libéria, au Mali, en Sierra Leone et dans certaines parties du Nigéria, mais elle est probablement présente aussi dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. Le taux de létalité moyen est de 1%. Le taux de létalité observé chez les patients hospitalisés présentant une fièvre de Lassa sévère est de 15%. Les soins de soutien dispensés rapidement, réhydratation et traitement symptomatique, améliorent les chances de survie.