Préparation et riposte aux situations d'urgence

Poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale – Myanmar

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
21 décembre 2015

Le point focal national RSI pour le Myanmar a notifié à l’OMS deux cas d’infection par un poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale de type 2 (PVDVc2).

Informations détaillées sur les cas supplémentaires

La confirmation de la circulation d’un poliovirus dérivé d’un PVDV de type 2 au Myanmar est parvenue le 7 novembre 2015. Le PVDVc2 a été isolé à partir d’un garçon âgé de 16 mois qui a présenté une paralysie flasque aiguë (PFA) le 5 octobre. Cet enfant n’avait pas été vacciné auparavant contre la poliomyélite. La souche provient du même PVDV2 isolé plus tôt cette année à partir d’un cas de poliomyélite (un enfant de 28 mois) qui a présenté une PFA le 16 avril. Les deux cas sont de la même municipalité dans l’État de Rakhine. Les modifications génétiques des isolats détectés en avril et en octobre indiquent que le PVDVc2 pourrait être en circulation depuis plus d’un an.

Des investigations approfondies ont été entreprises dans la zone et des échantillons de selles de 28 contacts familiaux/communautaires du cas de PFA ont été prélevés et envoyés pour analyse dans un laboratoire. Des enquêtes sont en cours pour trois cas supplémentaires de PFA, détectés dans cette zone lors de la recherche active des cas.

On estime à 76% la couverture vaccinale nationale (estimations de l’OMS/UNICEF, 2014). La couverture est plus faible dans certaines populations particulièrement à risque. Les indicateurs nationaux de la surveillance au Myanmar sont bons (taux de PFA non poliomyélitique en 2015: 1,8; taux de prélèvement d’échantillons de selles adéquats de 93%) ; en revanche, il subsiste des lacunes au niveau infranational.

Action de la santé publique

Avec l’appui de l’OMS et des partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, le Ministère de la santé s’engage à mettre en œuvre un plan d’urgence de riposte à la flambée. Du 5 au 7 décembre, une première activité de vaccination supplémentaire (AVS) avec le vaccin antipoliomyélitique oral trivalent (VPOt) a été menée dans 15 municipalités et a ciblé près de 360 000 enfants de moins de 5 ans. D’ici à la fin du mois de février 2016, le Ministère de la santé prévoit de mener trois autres AVS à grande échelle dans la province de Rakhine et les provinces limitrophes, ainsi que dans d’autres zones reconnues comme à «haut risque» dans le pays. Les dates exactes et l’étendue des AVS doivent encore être finalisées. Après la confirmation de l’isolat initial en avril, une action locale de vaccination a été organisée.

Compte tenu du retrait mondial synchronisé du VPO de type 2 en avril 2016 (par le passage du VPOt au VPO bivalent, VPOb), des efforts sont en cours pour s’assurer de l’interruption de la transmission de tout PVDVc2 bien avant cette date. Le Myanmar a élaboré un plan national pour cette transition et il a été approuvé par le Ministère de la santé. Le passage du VPOt au VPOb se fera le 29 avril. Le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) a été lancé dans tout le pays le 3 décembre.

La recherche active de cas supplémentaires de PFA et d’autres activités pour renforcer la surveillance des poliovirus s’intensifient afin d’établir plus clairement l’étendue de la circulation de cette souche.

Les pays voisins renforcent les activités de surveillance et de vaccination.

Conseils de l’OMS

Il est important que tous les pays, en particulier lorsqu’il y a des voyages ou des contacts fréquents avec les pays et territoires affectés par la poliomyélite, renforcent la surveillance des cas de PFA afin de détecter rapidement toute nouvelle importation de virus et d’intervenir promptement. Les pays, territoires ou zones doivent également maintenir une couverture uniformément élevée de la vaccination systématique au niveau des districts pour réduire le plus possible les conséquences de toute nouvelle introduction du virus.

Dans sa publication «Voyages internationaux et santé», l’OMS recommande que tous les voyageurs à destination de zones affectées par la poliomyélite soient complètement vaccinés contre cette maladie. Les résidents (et les visiteurs séjournant plus de 4 semaines) en provenance de zones infectées doivent recevoir une dose supplémentaire de vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) ou de vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans les 4 semaines à 12 mois précédant leur voyage.

En novembre 2015, suivant l’avis du Comité d’urgence réuni au titre du Règlement sanitaire international (2005), le Directeur général de l’OMS a étendu l’application des recommandations temporaires pour limiter la propagation internationale de poliovirus à partir de pays touchés par des PVDVc (auparavant ces recommandations se limitaient aux pays où sévissaient des poliovirus sauvages), dans le cadre de l’urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Pour appliquer ces recommandations temporaires dans le cadre de l’USPPI, tout pays affecté par un PVDVc doit déclarer la flambée comme étant une urgence de santé publique de portée nationale et envisager la vaccination de tous les voyageurs internationaux. Pour consulter le dernier rapport sur ces recommandations temporaires, se reporter aux liens connexes.