Préparation et riposte aux situations d'urgence

Salmonellose – États-Unis d’Amérique

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
28 avril 2016

Le 20 avril 2016, le point focal national RSI pour les États-Unis d’Amérique a averti l’OPS/OMS qu’une enquête était en cours sur 4 flambées d’infections humaines à Salmonella touchant plusieurs États et liées à une exposition à de petites tortues (carapaces <10 cm) ou à leur environnement (par exemple l’eau de leur habitat) aux États-Unis d’Amérique.

Au total, 124 cas infectés par les souches de salmonelles impliquées dans ces flambées ont été notifiés dans 22 États des États-Unis. Une hospitalisation a été nécessaire pour 33% de ces patients, mais on n’a signalé aucun décès. Sur l’ensemble des cas, 51 (41%) avaient moins de 5 ans. Le premier cas associé à ces 4 flambées s’est manifesté le 1er janvier 2015. L’enquête initiale a identifié que 4 élevages en Louisiane étaient potentiellement à l’origine des tortues associées à ces flambées de 2015. Les analyses de l’eau des mares de ces élevages a permis d’identifier et d’isoler en plus d’autres salmonelles non liées aux flambées.

Action de la santé publique

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États Unis d’Amérique enquêtent sur ces flambées et ont identifié les élevages susceptibles d’avoir exporté à l’étranger des tortues porteuses de salmonelles. Les résultats des investigations épidémiologiques, environnementales et en laboratoire indiquent que l’exposition aux tortues ou à l’environnement (par exemple l’eau des habitats) est à l’origine de ces flambées.

Évaluation du risque par l’OMS

Bien que la vente et la distribution de petites tortues aux États-Unis aient été interdites depuis 1975, on a enregistré dans ce pays des flambées de salmonellose liées à ces animaux de compagnie. Les tortues sont une cause connue d’infections humaines à Salmonella aux États-Unis, en particulier chez les nourrissons et les jeunes enfants qui sont aussi, dans le cas présent, les plus touchés.

Comme les infections sont liées à l’exposition à de petites tortues ayant été exportées à l’étranger, il y a un risque pour les populations pédiatriques dans d’autres pays. Le risque de morbidité et de mortalité est plus élevé chez les patients souffrant d’immunosuppression sévère. L’OPS/OMS continue de surveiller la situation épidémiologique et de mener une évaluation du risque en fonction des informations les plus récentes.

Conseils de l’OMS

Les pays important des reptiles, dont des petites tortues, ou des amphibiens destinés à être des animaux de compagnie, doivent faire attention au risque d’importer des animaux infectés et informer les autorités sanitaires locales afin qu'elles envisagent l’exposition aux petites tortues, aux reptiles ou aux amphibiens de compagnie lorsqu’elles enquêtent sur des cas de salmonellose, en particulier dans la population pédiatrique.