Préparation et riposte aux situations d'urgence

Poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale – République démocratique populaire lao

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
29 janvier 2016

Le 17 janvier 2016, le point focal national RSI pour la République démocratique populaire lao a notifié à l’OMS 2 nouveaux cas d’infection par le poliovirus dérivé d’une souche vaccinale de type 1 (PVDV1). Les 2 cas sont originaires du district de Longsane, dans la province de Xaisomboun.

Informations sur les nouveaux cas

Le premier nouveau cas est un garçon âgé de 14 mois originaire du district de Longsane, dans la province de Xaisomboun. Il a développé de la fièvre le 16 novembre, qui a évolué en hyporéflexie et en paralysie asymétrique des 2 jambes le 18 novembre. Les autorités sanitaires locales ont notifié le cas de paralysie flasque aiguë (PFA) le 19 novembre. Les antécédents de vaccination indiquent que l’enfant avait reçu 3 doses de vaccin antipoliomyélitique oral (VPO). Les 1er et 3 décembre, des échantillons ont été prélevés chez l’enfant et envoyés à l’Institut national des maladies infectieuses (NIID) du Japon pour y être analysés.

Le 21 décembre, les échantillons étaient négatifs à tous les poliovirus. Cependant, un échantillon prélevé sur sa sœur asymptomatique était positif pour le PVDV1. Le cas de PFA âgé de 14 mois a été classé comme un cas de PVDV1 par le Comité national de coordination, sur la base du lien épidémiologique avec le contact positif et du fait qu’il s’agissait d’un nouveau cas de PFA provenant du même district positif au PVDV1, ce qui suggère que le PVDV1 circule vraisemblablement dans la zone.

Le deuxième nouveau cas est un homme âgé de 40 ans lui aussi originaire du district de Longsane, dans la province de Xaisomboun. Le patient s’est présenté avec des symptômes le 18 décembre : hyporéflexie et paralysie asymétrique des 2 jambes, mais pas d’atteinte pulmonaire. Aucun épisode fiévreux n’a été relevé.

Le patient n’avait pas d’antécédents récents de maladie du système nerveux, de traumatisme ou de morsures d’animaux ou d’insectes. Il n’avait pas reçu de VPO. Le 21 décembre, l’hôpital provincial de Vientiane a informé le département de la santé provincial du cas de PFA qui a fait l’objet d’une investigation le jour même, avec notamment le prélèvement d’échantillons de selles. Le 9 janvier, le NIID annonçait que ce patient était positif au PVDV1.

Selon les critères de l’OMS, ces 2 cas de PFA sont donc classés comme des cas confirmés de PVDVc1.

Action de la santé publique

Depuis la détection du premier cas de PVDVc1 confirmé en République démocratique populaire lao, des activités de riposte à la flambée ont été menées à l’échelon national, y compris une campagne de vaccination nationale en décembre, et dans les provinces touchées (Bolikhamxay et Xaisomboun) et la province voisine (Xiengkhuang).

Le centre national d’opérations d’urgence a été activé pour coordonner les efforts de riposte et un plan d’action pour contrer la flambée de poliomyélite a été élaboré. La surveillance a été renforcée dans tout le pays, avec la notification quotidienne de zéro cas de PFA. La recherche active des cas est en cours dans les districts à haut risque, ainsi qu’un examen rétrospectif des dossiers des hôpitaux et des centres de santé.

Six campagnes de vaccination par le VPO trivalent ont été planifiées entre octobre 2015 et mars 2016 (4 au niveau infranational et 2 au niveau national) avec l’administration d’environ 10 millions de doses aux enfants de moins de 15 ans. Trois campagnes au titre des activités de vaccination supplémentaire (AVS) avec administration du VPO ont été menées en octobre, en novembre puis, à l’échelon national, en décembre.

La quatrième est prévue du 25 janvier au 7 février dans l’ensemble des 15 provinces ciblées en décembre 2015, y compris dans les 19 districts à haut risque en ciblant tous les âges. Les âges ont été fixés en tenant compte de la répartition des cas selon l’âge et de leurs contacts positifs pour le PVDVc1. Des contrôleurs indépendants ont été recrutés pour évaluer la qualité de ces campagnes.

Pour garantir le succès des AVS, des communications d’urgence sur le risque et des activités de mobilisation sociale sont menées, avec la formation d’agents de mobilisation et des sessions d’information pour bâtir la confiance et lever les obstacles à la vaccination. Des messages essentiels en plusieurs langues ont été élaborés pour être diffusés à la radio et par haut-parleur dans les communautés ciblées. Le 13 janvier, le Premier Ministre de la République démocratique populaire lao a déclaré que la flambée de PVDVc1 était une urgence de santé publique.

Conseils de l’OMS

Il est important que tous les pays, en particulier lorsqu’il y a des voyages ou des contacts fréquents avec les pays et territoires affectés par la poliomyélite, renforcent la surveillance des cas de paralysie flasque aiguë (PFA) afin de détecter rapidement toute nouvelle importation de virus et d’intervenir promptement. Les pays, territoires ou zones doivent également maintenir une couverture uniformément élevée de la vaccination systématique au niveau des districts pour réduire le plus possible les conséquences de toute nouvelle introduction du virus.

Dans sa publication « Voyages internationaux et santé », l’OMS recommande que tous les voyageurs à destination de zones affectées par la poliomyélite soient complètement vaccinés contre cette maladie. Les résidents (et les visiteurs séjournant plus de 4 semaines) en provenance de zones infectées doivent recevoir une dose supplémentaire de vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) ou de vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans les 4 semaines à 12 mois précédant leur voyage.

En novembre 2015, à la suite de l’avis rendu par le Comité d’urgence réuni au titre du Règlement sanitaire international (2005), le Directeur général de l’OMS a étendu les recommandations temporaires pour limiter la propagation internationale des poliovirus à partir des pays touchés par des PVDVc (auparavant, ces recommandations ne concernaient que les pays touchés par des poliovirus sauvages), dans le cadre de l’urgence de santé publique de portée internationale (USPPI).

Pour appliquer ces recommandations temporaires publiées dans le cadre de l’USPPI, tout pays affecté par un PVDVc doit déclarer la flambée comme une urgence nationale de santé publique et envisager de vacciner tous les voyageurs internationaux. Pour consulter le dernier rapport sur les recommandations temporaires, cliquer sur les liens connexes.