Préparation et riposte aux situations d'urgence

Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) – République de Corée

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
30 juin 2015

Situation en République de Corée

Du 27 au 30 juin 2015, le point focal national RSI pour la République de Corée a notifié à l’OMS 1 cas supplémentaire d’infection par le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS CoV), ainsi que 2 décès supplémentaires.

Informations supplémentaires sur la flambée en République de Corée

Jusqu’à présent, au total 182 cas d’infection par le MERS-CoV, dont 33 mortels, ont été notifiés. L’un de ces cas est celui qui a été confirmé en Chine et a été également notifié par le point focal national RSI pour la Chine.

L’âge médian des cas est de 55 ans (allant de 16 à 87 ans). Dans leur majorité ce sont des hommes (60 %). Vingt-six cas (14 %) sont des professionnels de santé. À ce jour, tous les cas (à l’exclusion du cas indicateur) ont été liés à une seule chaîne de transmission et sont associés à des établissements de santé.

Les informations détaillées concernant les cas d’infection par le MERS-CoV en République de Corée sont données dans un document séparé (voir liens connexes).

Action de la santé publique

Les autorités de la République de Corée continuent de mettre en œuvre d’intenses activités de prise en charge des cas et des contacts. Au 30 juin, 2638 contacts étaient sous surveillance et celle-ci avait été levée pour 13 354 autres.

Du 3 au 14 juillet, la ville de Gwangju organisera l’Universiade d’été de 2015 (jeux mondiaux universitaires). Pour faciliter une organisation sûre et réussie de l’événement, le Chef de la division de prise en charge des maladies infectieuses aux Centres coréens de lutte contre les maladies (Korean Centers for Disease Control and Prevention) a mis en place le 29 juin à Gwangju un groupe spécial de riposte et d’appui pour le MERS. Ce même jour, des agents de santé dans les cliniques du village des athlètes et environ 200 personnes chargées de l’accueil dans les stades ont été formés à l’utilisation des détecteurs de fièvre et ont appris comment répondre à la survenue d’un cas suspect d’infection par le MERS-CoV.

Situation mondiale

À l’échelle mondiale, depuis septembre 2012, 1357 cas d’infection par le MERS-CoV, confirmés en laboratoire, ont été notifiés à l’OMS, dont au moins 486 mortels.

Conseils de l’OMS

Compte tenu de la situation actuelle et des informations disponibles, l’OMS encourage tous les États Membres à poursuivre leur surveillance des infections respiratoires aiguës et à examiner avec soin toute présentation inhabituelle.

L’application des mesures de prévention et de lutte contre l’infection est essentielle pour éviter la propagation éventuelle du MERS-CoV dans les établissements de soins. Il n’est pas toujours possible d’identifier rapidement les patients porteurs de ce virus car, comme pour d’autres infections respiratoires, les premiers symptômes ne sont pas spécifiques. Les soignants devront donc toujours appliquer systématiquement les précautions standard à tous les patients, quel que soit leur diagnostic.

Ils devront compléter les précautions standard par les précautions gouttelettes lorsqu’ils dispensent des soins à des patients présentant des symptômes d’infection respiratoire aiguë. Il leur faudra aussi adjoindre à ces mesures les précautions contact et le port d’une protection oculaire pour s’occuper de cas probables ou confirmés d’infection par le MERS-CoV ; les précautions aériennes devront être mises en œuvre lors de l’exécution d’actes générant des aérosols.

Jusqu’à ce que l’on en sache plus sur le MERS-CoV, les personnes atteintes de diabète, d’insuffisance rénale ou de maladie pulmonaire chronique ou encore les individus immunodéprimés seront considérés comme à haut risque de maladie grave en cas d’infection par le MERS CoV. Il faut par conséquent respecter les règles ordinaires d’hygiène, comme de se laver régulièrement les mains.

L’OMS reste vigilante et surveille la situation. Compte tenu de l’absence de preuves d’une transmission interhumaine soutenue dans la communauté, l’OMS ne recommande pas l’application de restrictions aux déplacements et au commerce en rapport avec cet événement. La sensibilisation au risque du MERS CoV pour les voyageurs à destination et en provenance des pays affectés est une bonne pratique de santé publique.

Les autorités de santé publique dans les pays hôtes préparant des rassemblements de masse doivent veiller à ce que toutes les recommandations et orientations publiées par l’OMS sur le MERS-CoV ont été dument prises en considération et diffusées auprès des responsables concernés. Elles doivent planifier la mobilisation de capacités d’intervention supplémentaires pour s’assurer que les visiteurs participant aux rassemblements de masse puissent être accueillis par les systèmes de santé.

Les bulletins d’informations sur la flambée de MERS CoV en République de Corée seront publiés deux fois par semaine (les mardi et vendredi). En raison de l’ampleur de la flambée actuelle, les bulletins seront axés sur l’évolution de celle-ci et les tendances épidémiologiques, plutôt que de donner des informations détaillées sur les cas individuels.