La Finlande parvient à réduire l’obésité de l’enfant en intégrant la santé dans toutes les politiques

Février 2015

Il y a six ans, un enfant de cinq ans sur cinq de la ville finlandaise de Seinäjoki était en surpoids ou obèse. Les écoles et les garderies n’apportaient pas toutes une alimentation nutritive et ne faisaient pas toutes faire aux enfants suffisamment d’exercice.

Courtesy of Seinäjoki Health Centre

Depuis, le service de santé de la municipalité a collaboré avec les services de l’enfance, de l’éducation, de la nutrition, des loisirs et de l’aménagement urbain pour veiller à ce que toutes les garderies et toutes les écoles dispensent la même qualité de services. En conséquence, la proportion des enfants de cinq ans en surpoids ou obèses a été diminuée par deux.

Mais cela ne s’est pas fait en un jour. Il a fallu du temps pour que les différents services comprennent en quoi chacun a une influence sur la santé et le rôle qu’il peut jouer pour la promouvoir.

Le service de l’aménagement urbain a amélioré les cours de récréation dans les écoles. Le service des loisirs a développé l’exercice physique à l’école. Le service de la nutrition a travaillé avec les garderies afin d’éliminer les en-cas sucrés, et avec les écoles pour servir des repas plus sains à midi. Et le service de la santé a institué des examens de santé complets chaque année dans les écoles, comprenant une éducation des parents en matière d’alimentation saine.

«Le programme n’est pas le seul à pouvoir s’attribuer ces bons résultats. Les familles ont aussi fait beaucoup d’efforts pour modifier leurs modes de vie.»

Oili Ylihärsila, Directeur de la promotion de la santé, centre de santé de Seinäjoki, Finlande

«Je suis très fier de ce programme mais il n’est pas le seul à pouvoir s’attribuer ces bons résultats. Les familles ont aussi fait beaucoup d’efforts pour modifier leurs modes de vie», a déclaré Oili Ylihärsila, Directeur de la promotion de la santé, centre de santé de Seinäjoki. «Grâce à nos efforts, les parents sont maintenant plus informés en ce qui concerne la nutrition et l’exercice physique.»

Les politiques finlandaises améliorent la santé de l’enfant

Consciente que la plupart des facteurs qui ont une incidence sur la santé de l’enfant et de l’adolescent se situent en dehors du secteur de la santé, la Finlande a inscrit l’approche de «La santé dans toutes les politiques» dans sa loi sur les soins de santé et enjoint les villes comme Seinäjoki de tenir compte de la santé dans tous les domaines où des décisions doivent être prises.

«Le gouvernement a réformé la loi sur les soins de santé afin de charger les services de promotion de la santé et les municipalités d’associer tous les secteurs à leurs plans», explique Marjaana Pelkonen, Conseiller ministériel au ministère finlandais des affaires sociales et de la santé.

Seinäjoki et d’autres municipalités dispensent gratuitement des conseils de santé et réalisent des examens médicaux de qualité égale pour tous les enfants et leurs familles en vertu du décret gouvernemental 338, promulgué au titre de la loi sur les soins de santé en 2011. Sans ce décret, de nombreuses municipalités n’auraient pas eu les moyens de recruter des médecins et des infirmières de santé publique supplémentaires pour soutenir leurs programmes de santé de l’enfant.

L’Institut national de la santé et de la protection sociale, qui relève du ministère finlandais des affaires sociales et de la santé, aide les municipalités à mettre en œuvre les politiques nationales telles que la loi sur les soins de santé. Les municipalités peuvent régulièrement suivre leurs progrès sur les sites Web nationaux de surveillance, mettre en commun les meilleures pratiques et suivre des formations sur l’application de la législation dans le cadre de l’approche de la santé dans toutes les politiques.

La santé enseignée à l’école

Parce que de mauvaises habitudes alimentaires, un accès limité aux aliments sains et le manque d’exercice physique sont à l’origine de l’épidémie d’obésité de l’enfant en Finlande, le pays utilise ces écoles pour améliorer la santé des élèves.

Conformément aux directives nutritionnelles édictées par le Conseil national finlandais de la nutrition, les écoles doivent fournir gratuitement des déjeuners sains à tous les élèves. Si cette cantine était gratuite depuis 1948, l’aspect nutritionnel était secondaire.

La Finlande a également formulé des recommandations afin de réduire l’accès aux boissons sucrées et aux goûters riches en graisses et en sucre dans les distributeurs automatiques présents dans les écoles et sur le marketing des aliments auprès des enfants. Les bonbons, le chocolat, les boissons sucrées et les glaces sont taxés à des taux plus élevés partout dans le pays.

Les municipalités sont tenues de faire en sorte que les infirmières réalisent dans toutes les écoles des examens de santé gratuits tous les ans pour tous les élèves et dispensent des conseils personnalisés en matière de santé mentale, d’alimentation saine et d’exercice physique. Dans le cadre de ces services, les infirmières scolaires peuvent ainsi suivre la santé de l’enfant et le bien-être de toute la famille.

Les politiques nationales exigent également que les écoles dispensent des cours obligatoires d’éducation sanitaire, d’éducation physique et de nutrition ainsi que des leçons de cuisine.

Grâce à ces efforts, l’obésité de l’enfant commence à se stabiliser dans tout le pays.

«Nous faisons du bon travail en intégrant la santé dans toutes les politiques au niveau national, mais il reste encore beaucoup à faire», déclare Mme Pelkonen. «Nous devons faire en sorte que les plus de 300 municipalités intègrent bien la santé dans tous leurs projets. Tous les enfants devraient bénéficier d’examens de santé de qualité égale et tous les parents devraient être associés à ces examens quelle que soit la municipalité dans laquelle ils vivent.»

Pionnier en la matière

Intégrer dans tous les secteurs cette approche est souvent une tâche difficile. Si des pays comme la Finlande sont pionniers dans ce domaine, de nombreux autres manquent encore des capacités et des compétences nécessaires pour intégrer la santé dans tous les plans sectoriels.

Depuis de nombreuses années, l’OMS aide les pays à appliquer l’approche La santé dans toutes les politiques mais des lacunes subsistent.

Un nouveau manuel de formation à l’approche de «La santé dans toutes les politiques» est utilisé pour former les professionnels de santé et les décideurs des instituts de santé publique, des universités, des organisations non gouvernementales et des organisations gouvernementales et intergouvernementales à appliquer et enseigner cette approche.

Il faut du temps pour mettre en œuvre cette approche mais l’expérience finlandaise est la preuve que, lorsque tous les secteurs réfléchissent à leur impact sur la santé et l’équité en santé, on peut obtenir de bons résultats.

«S’il a été difficile de mettre tout le monde en relation au début, nous y sommes parvenus, nous avons obtenu ce que nous voulions parce que nous avons travaillé ensemble», déclare Ylihärsila. «Notre programme est désormais une priorité à l’échelle de la ville et un exemple pour d’autres villes de Finlande.»