Vaccination, vaccins et produits biologiques

Nouvelles données de surveillance de la rougeole pour 2019

De nouvelles données de surveillance de la rougeole sont dès à présent disponibles sur le site Web de l’OMS. Ces données préliminaires s’appuient sur les rapports que les pays présentent à l’OMS à la fin de chaque mois. Veuillez noter qu’il ne s’agit pas de chiffres officiels car des pays continuent de déclarer des cas à l’OMS. Les chiffres officiels sont publiés en juillet de chaque année pour l’année précédente selon les systèmes de notification conjoints de l’OMS et de l’UNICEF. Les estimations actuelles du nombre total de cas et de décès paraissent en novembre.

Les données récapitulées ici doivent donc être présentées comme provisoires et clairement datées (par exemple « chiffres provisoires basés sur les données communiquées tous les mois à l’OMS (Genève), en date d’avril 2019 »).

Le nombre de cas de rougeole a continué d’augmenter en 2019. D’après les données préliminaires pour l’ensemble du monde, le nombre de cas déclarés a augmenté de 300 % lors des trois premiers mois de 2019 par rapport à la même période en 2018. Cette hausse fait suite à des augmentations successives au cours des deux dernières années.

Bien que provisoires et encore incomplètes, ces données révèlent une tendance claire. Beaucoup de pays sont actuellement frappés par d’importantes flambées de rougeole et le nombre de cas augmente en permanence dans toutes les Régions du monde. Des flambées sévissent actuellement en Éthiopie, en Géorgie, au Kazakhstan, au Kirghizistan, à Madagascar, au Myanmar, aux Philippines, en République démocratique du Congo, au Soudan, en Thaïlande et en Ukraine, causant de nombreux décès, principalement chez les enfants en bas âge.

Ces derniers mois, le nombre de cas a aussi grimpé dans des pays où le taux de couverture vaccinale est globalement élevé, notamment aux États-Unis d’Amérique ainsi qu’en Israël, en Thaïlande et en Tunisie, où la maladie s’est répandue rapidement dans des groupes de personnes non vaccinées.

La rougeole est l’une des maladies les plus contagieuses au monde et elle peut être extrêmement grave. En 2017, année la plus récente pour laquelle on dispose de données, elle a fait plus de 110 000 morts. Même dans les pays à haut revenu, les complications nécessitent une hospitalisation dans une proportion atteignant un quart des cas et peuvent causer des handicaps permanents tels que lésions cérébrales, cécité et déficience auditive.

Cette maladie peut être presque entièrement évitée grâce à deux doses d’un vaccin sûr et efficace. Mais pendant plusieurs années, le taux mondial de couverture par la première dose de vaccin antirougeoleux est resté bloqué à 85 %, en-dessous des 95 % nécessaires pour éviter les flambées épidémiques, exposant de nombreuses personnes et communautés au risque de contracter la maladie. Bien qu’en augmentation, la couverture par la deuxième dose s’établit à 67 %.

Des opérations sont menées de concert avec les gouvernements et des partenaires comme l’Initiative contre la rougeole et la rubéole, l’Alliance Gavi, l’UNICEF et d’autres encore pour endiguer les flambées, renforcer les services de santé et accroître la couverture vaccinale.

  • Après avoir mené des campagnes de vaccination d’urgence visant 7 millions d’enfants âgés de 6 mois à 9 ans, Madagascar enregistre une baisse globale de la morbidité et de la mortalité dues à la rougeole.
  • Aux Philippines, plus de 3 890 000 doses de vaccin contre la rougeole et la rubéole ont été administrées aux enfants de moins de cinq ans.
  • La République démocratique du Congo se prépare à lancer une opération conjuguée avec le vaccin antipoliomyélitique.
  • En collaboration avec les autorités sanitaires locales, l’OMS et l’UNICEF ont organisé une campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole au Yemen dont ont bénéficié plus de 11,6 millions (90 %) d’enfants âgés de 6 à 16 ans dans l’ensemble du pays.

La lutte contre la rougeole passe par une série de mesures permettant de vacciner tous les enfants en temps voulu, en prêtant une attention particulière à l’accès, à la qualité et à l’accessibilité financière des services de soins de santé primaires. Elle nécessite aussi un dialogue et une communication efficaces avec le public sur l’importance capitale de la vaccination et le danger que représentent les maladies qu’elle permet d’éviter.

L’OMS recommande également des mesures adaptées pour faire en sorte que les services de vaccination répondent aux besoins de tous – en veillant à ce que les centres de santé soient accessibles partout, au moment voulu et à tous les groupes de population, surtout les groupes défavorisés en butte à une discrimination systémique.

Le taux de couverture par la deuxième dose de vaccin doit également augmenter dans le monde pour maximiser la protection des populations contre la maladie. Actuellement, 25 pays doivent encore inclure cette deuxième dose dans leur programme de vaccination essentiel.

Notes

Le nombre officiel de cas de rougeole déclarés par les États Membres de l’OMS n’est publié qu’en juillet de l’année suivante. Bien que donnant des indications fiables sur les tendances globales, les données mensuelles de surveillance sont provisoires et incomplètes, car beaucoup de pays, surtout ceux frappés par d’importantes flambées, continuent à communiquer des données. À cause de retards de notification, il peut aussi y avoir des différences entre les chiffres présentés dans ces relevés et ceux rapportés directement par les pays.

Par ailleurs, le nombre réel de cas – présenté sous forme d’estimations mondiales – sera considérablement supérieur aux chiffres rapportés. L’OMS estime que moins d’un cas sur 10 est déclaré dans le monde, avec des écarts entre les Régions. À cette réserve près, jusqu'à présent en 2019, 170 pays ont signalé 112 163 cas de rougeole à l’OMS. À la même période l’année dernière, 163 pays avaient déclaré 28 124 cas. À l’échelle mondiale, cela représente une hausse de près de 300 %. La Région africaine de l’OMS enregistre une hausse de 700 % ; la Région des Amériques, de 60 % ; la Région européenne, de 300 %, la Région de la Méditerranée orientale, de 100 % ; et les Régions de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental, de 40 %. Les estimations mondiales (du nombre total de cas et de décès) sont établies une fois que l’OMS a reçu et analysé toutes les données des pays pour l’année précédente. Les données officielles de 1980 à 2017 peuvent être consultées sur notre site Web.

Personnes à contacter

Fadéla Chaib
Téléphone : +41 22 791 3228
Portable : +41 79 475 5556
Adresse électronique : chaibf@who.int

Hayatee Hasan
Téléphone : +41 22 791 2103
Portable : +41 79 500 6532
Adresse électronique : hasanh@who.int