Centre des médias

Déclaration de l’OMS à l’issue de la neuvième réunion du Comité d’urgence du RSI concernant le MERS-CoV

Déclaration
17 juin 2015

La neuvième réunion du Comité d’urgence convoquée par le Directeur général de l’OMS au titre du Règlement sanitaire international (RSI 2005) concernant le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen Orient (MERS CoV) s’est tenue par téléconférence le 16 juin 2015, de 12h00 à 15h00 (heure d’Europe centrale, UTC+2), avec les membres et les conseillers du Comité. L’OMS a convoqué cette réunion pour traiter de la flambée apparue en République de Corée.

Le Secrétariat de l’OMS a informé le Comité des dernières évolutions épidémiologiques et scientifiques, avec une description des cas récents et des modes de transmission observés en République de Corée et en Chine, une évaluation des risques associés et une présentation des mesures de lutte et de prévention mises en œuvre. Les pays touchés ont fait le point de la situation relative au MERS-CoV et de son évolution sur leurs territoires.

Les membres et les conseillers du Comité ayant récemment participé à la mission conjointe de la République de Corée et de l’OMS sur le MERS-CoV ont été invités à faire part des observations tirées de leur expérience.

Le Comité a pris note des principaux facteurs considérés par la mission conjointe comme contribuant à la propagation du MERS-CoV en République de Corée:

  • un manque de sensibilisation des agents de santé et du public au sujet du syndrome respiratoire du Moyen-Orient;
  • des mesures inadéquates de prévention et de lutte contre l’infection dans les hôpitaux;
  • des contacts étroits et prolongés avec des patients infectés par le MERS-CoV dans des salles d’urgence bondées ou des chambres d’hôpital à plusieurs lits;
  • la pratique de«nomadisme médical» consistant à se faire soigner dans plusieurs hôpitaux ;
  • l’habitude qu’ont de nombreux visiteurs et proches de rester auprès des malades dans la chambre d’hôpital, favorisant une propagation secondaire de l’infection parmi les contacts.

Le Comité a salué la rapidité avec laquelle la République de Corée a fourni des informations, au titre du RSI, sur un voyageur infecté, ce qui a permis à la Chine de trouver rapidement la personne concernée, de l’isoler, de la soigner et de mettre ses contacts en quarantaine.

Le Comité a constaté que les données de séquençage génétique disponibles ne révèlent aucune différence significative entre les virus observés en République de Corée et au Moyen-Orient et a souligné qu’il importe de continuer à surveiller les évolutions génétiques éventuelles de ces virus.

Dans le cadre de cette flambée, la transmission du MERS-CoV a été fortement associée aux établissements de soins. Il est donc primordial que les autorités sanitaires déploient tous les efforts possibles pour veiller à la mise en place systématique de mesures efficaces de prévention et de lutte contre l’infection.

Rien ne laisse actuellement supposer une transmission communautaire durable du virus. Le Comité a observé que les mesures de santé publique désormais adoptées pour endiguer cette flambée, notamment les efforts considérables consentis pour améliorer la recherche des contacts, isoler ou mettre en quarantaine les cas et leurs contacts (durant la période d’incubation), assurer leur suivi et veiller à ce qu’ils ne voyagent pas, semblent coïncider avec un recul de l’incidence du MERS-CoV.

Une surveillance étroite de la situation demeure toutefois vitale pour interrompre la transmission et examiner avec soin tous les cas ne présentant pas de lien épidémiologique manifeste avec des chaînes de transmission connues. Au cours des prochaines semaines, il est possible que de nouveaux cas soient détectés, y compris parmi les contacts n’ayant pas été identifiés au début de la flambée. Les autres pays doivent prendre acte de tout rapport ou de toute rumeur selon lesquels des contacts auraient voyagé à l’étranger et étudier rapidement de telles éventualités.

Constatant que de nombreux aspects de la transmission interhumaine du virus sont encore mal compris, notamment le rôle potentiel de la contamination de l’environnement, d’une ventilation inadéquate et d’autres facteurs, le Comité a estimé qu’il est essentiel de poursuivre la recherche dans ces domaines.

Le Comité a jugé que cette flambée constitue un signal d’alarme qui doit faire prendre conscience à tous que dans un monde très mobile, tous les pays doivent se tenir prêts à tout instant à faire face à des flambées inattendues, qu’il s’agisse du MERS-CoV ou d’autres maladies infectieuses graves. Cette situation souligne à quel point il est important de renforcer la collaboration entre le secteur de la santé et d’autres domaines clés, comme le transport aérien, et d’améliorer les processus de communication.

Le Comité a réaffirmé que son avis antérieur 1 demeure valable et a exprimé son vif soutien à l’égard des recommandations émises par la mission conjointe. 2

Le Comité a conclu que les conditions d’une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) n’étaient pas encore réunies.

En parvenant à cette conclusion, le Comité a noté qu’après une période d’organisation qui a suivi la détection de la flambée, la République de Corée est intervenue fermement pour maîtriser cette flambée. Elle a notamment adopté de multiples approches pour identifier les contacts et assurer leur suivi et leur mise en quarantaine et a mis en œuvre des moyens efficaces pour éviter les voyages inappropriés des cas et des contacts durant la période où ils sont susceptibles d’être contagieux.

Ces initiatives témoignent de l’adoption par la République de Corée des recommandations de la mission conjointe. Sur la base de l’avis rendu par le Comité et des informations actuellement disponibles, le Directeur général a accepté l’évaluation du Comité et l’a remercié de son travail.

L’OMS ne préconise aucune restriction des voyages et du commerce et juge qu’un dépistage aux points d’entrée n’est pour l’instant pas nécessaire. Conformément aux bonnes pratiques de santé publique, les voyageurs à destination et en provenance des zones touchées devraient être sensibilisés à la maladie et à ses symptômes.

L’OMS continuera de tenir les membres et les conseillers du Comité régulièrement informés de la situation. Une nouvelle réunion du Comité d’urgence sera convoquée si les circonstances l’exigent.



Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Christian Lindmeier
Département de la communication de l’OMS
Téléphone: +41 22 791 1948
Portable: +41 79 500 65 52
Courriel : lindmeierch@who.int